La non utilisation de l'additif alimentaire E171 (Dioxyde de Titane)

Environnemental

Alimentaire (Boulangers, pâtissiers, restaurateurs, traiteurs...)

Créateur de l'engagement : Emmanuel Matt

Accompagnateur : Anne LAFOURCADE

L'engagement en quelques mots :

Mis en avant dans les médias par José Bové, cette nano-particule, cet additif alimentaire de blanchiment "aussi petit qu'un virus" pourrait être dangereux. Ma proposition : A titre préventif, ne pas l'utiliser. A minima, informer les utilisateurs de sa présence parmi les ingrédients.

L'objectif de cet engagement :

Eviter un potentiel problème sanitaire grave lié au comportement inconnu à ce jour de particules si petites, les nanoparticules.

Cette proposition d'engagement a un lien avec un fait d'actualité :

Les prestations médias de José Bové (Interview de Jean-Jacques Bourdin BFMTV/RMC , Le Grand Journal etc.) et les reprises par d'autres médias. Un nouveau futur scandale sanitaire type amiante? (Une opération de promo bien organisée pour son nouveau bouquin?)

Définition, application et évaluation de la proposition d'engagement

Définition et impact de l'engagement :

Interdire l'utilisation de cet additif purement esthétique, semble-t-il, dans tous les processus de commercialisation qui n'impliquent pas sa mention obligatoire auprès du grand public. Faire valoir le principe de précaution. Rendre plus visible la mention de cet additif sur les produits qui doivent indiquer sa présence pour que le consommateur puisse être clairement informé et puisse agir en toute connaissance de cause.

Cet engagement en pratique :

Rendre obligatoire et précise la mention de sa présence dans les produits dont les composants doivent être indiqués. Demander aux boulangers, aux pâtissiers et autres restaurateurs de mentionner de façon claire leur utilisation dans leurs préparations. Par ailleurs, est-ce vraiment nécessaire de nous proposer un aliment un peu plus blanc, artificiellement blanc, alors que les risques sanitaires ne semblent pas bien évalués à ce jour?

Evaluation de la mise en pratique de l'engagement :

Je ne suis pas un spécialiste du sujet mais sa mention semble obligatoire sur certains produits. Aux organismes chargés de contrôler l'application de ces règles de contrôler et sanctionner de façon forte les contrevenants. Nous devons pouvoir faire confiance à ces organismes de contrôle. Concernant les commerçants type boulanger, pâtissier, restaurateur, je suis à l'écoute de vos propositions.

De quoi aussi alimenter le débat

Documentation :

Je vous invite à taper E171 sur internet.
Je vous propose aussi ce sujet de France TV Info (1213 de France 3).

Pourquoi nous proposer cet engagement :

C'est un sujet d'actualité pour lequel il me parait intéressant que les citoyens se mobilisent. Y-a-t-il un vrai danger ou se fait-on peur pour rien est une question à laquelle j'aimerai bien aussi une réponse...

Informations complémentaires de Et si on s’engageait

Etant l'auteur de cette nouvelle plateforme, j'ai pu être plus rapide que vous, nouveaux membres, et réagir à cette actualité.
N'hésitez pas à en faire de même sur de prochains sujets.

Anne Lafourcade nous propose des éléments d'information sur les risques de l'E171 dans cette interview pour Et si on s'engageait

  • Débat en cours
  • Clos, synthèse en cours
  • Synthèse disponible
  • Engagement final disponible
  • Engagement validé
  • 5 Participants
  • 11 Participations

''Si on sait pas, on fait pas''. Autant ne pas prendre de risque a consommer quelque chose dont on ne connait pas l'effet sanitaire sur le long terme.

 

Inscrit et déjà mobilisé. Bienvenu Jeremy et merci pour ta première contribution.

Merci Anne de bien vouloir accompagner la conception de cet engagement. A lire votre interview et les informations que vous apportez sur les différentes versions du E171 dont la version Nanoparticule il semble déjà au moins nécessaire de nous informer sur la présence de cette version dans nos aliments et produits cosmétiques. 

Heureuse de vous rejoindre sur cette communauté, et à votre disposition pour vous amener des élements techniques sur les enjeux des nanoparticules.

Vous l'aurez probablement déjà lu dans la présentation de sa proposition d'Engagement ci-dessus mais voici ce qu'écrit l'auteur sur sa définition de l'Engagement : 

"Interdire l'utilisation de cet additif purement esthétique, semble-t-il, dans tous les processus de commercialisation qui n'impliquent pas sa mention obligatoire auprès du grand public. Faire valoir le principe de précaution. Rendre plus visible la mention de cet additif sur les produits qui doivent indiquer sa présence pour que le consommateur puisse être clairement informé et puisse agir en toute connaissance de cause."

Qu'en pensez-vous? 

Pourquoi ne pas rechercher un substitut à cet additif ? Par exemple, le remplacer par quelque chose de sûr et sain.

Comment définir cet Engagement En Pratique. 

Ce qu'en dit l'auteur de cet Engagement : 

"Rendre obligatoire et précise la mention de sa présence dans les produits dont les composants doivent être indiqués. Demander aux boulangers, aux pâtissiers et autres restaurateurs de mentionner de façon claire leur utilisation dans leurs préparations. Par ailleurs, est-ce vraiment nécessaire de nous proposer un aliment un peu plus blanc, artificiellement blanc, alors que les risques sanitaires ne semblent pas bien évalués à ce jour?"

Comment pourrons-nous valider qu'une entreprise, qu'un patissier, un restaurateur aura bien tenu cet Engagement? 

A chacun de nous de faire des propositions et de compléter ce qui est indiqué par l'auteur de cette proposition : 

"Je ne suis pas un spécialiste du sujet mais sa mention semble obligatoire sur certains produits. Aux organismes chargés de contrôler l'application de ces règles de contrôler et sanctionner de façon forte les contrevenants. Nous devons pouvoir faire confiance à ces organismes de contrôle. Concernant les commerçants type boulanger, pâtissier, restaurateur, je suis à l'écoute de vos propositions."

Soyez le premier à contribuer à cette section du débat.