Questions à

Posté le 4 oct. 2015

Bateaux de croisières, déchets et énergie : Les réponses de la Ville de Bordeaux, une histoire de barges!

Fin août, Et si on s'engageait interpellait CroisiEurope, leader européen de la croisière sur ses (non?) pratiques du tri des déchets à quai à Bordeaux.

Sans réponse - encore à ce jour - du croisiériste la plateforme a alors choisi d'interpeller Alain Juppé, Maire de Bordeaux et la métropole pour recueillir ses réactions et connaitre les engagements demandés par la Ville aux croisiéristes. [Mise à jour du 11/10/15, une réponse est arrivée. Pour la lire]

Une évacuation prochaine des déchets des bateaux de croisière par des barges, le lancement d'une étude pour une alimentation en gaz naturel liquéfié par barge pour les paquebots amarrés à Bordeaux...

Stephan DelauxAdjoint en charge du tourisme, de la promotion touristique du territoire, de l'animation de la ville et de la vie fluviale a répondu aux questions de Et si on s'engageait jeudi 1er octobre. 

Questions à  : Les interpellations

De plus en plus de bateaux de croisières à Bordeaux, une activité économique importante pour la ville Métropole et les autres villes portuaires de la Garonne et de la Dordogne.

Un développement qui pose des questions et suscite des inquiétudes à la fois sur le tri des déchets et sur les risques de pollution atmosphérique lors de la présence à quai des paquebots. 

Questions à

Publié le 31 août 2015

(Non) Tri des déchets sur les bateaux de croisière? Question à CroisiEurope, leader européen

Tri des déchets sur les bateaux de croisière? Un contrexemple concret avec la compagnie CroisiEurope, « leader européen de la croisière fluviale » et son bateau M/S Cyrano...

Lire

4

Questions à

Publié le 20 sept. 2015

Engagements des croisiéristes : Questions à Alain Juppé Maire de Bordeaux

Le tri des déchets est-il une priorité dans les bateaux de croisière amarrés à Bordeaux? Nous le demandons aussi à Alain Juppé, maire de la Ville....

Lire

0

Une évacuation des déchets des bateaux de croisière à Bordeaux par des barges sur la Garonne? 

Photo Stephan Delaux - Thomas SansonVous avez été chargé par Monsieur Alain Juppé de répondre à nos questions. J’aimerai connaitre votre réaction face au doute suscité par le comportement constaté des équipes de CroisiEurope sur les quais à Bordeaux, un doute amplifié par l’absence de réponse de la société à une question pourtant simple : Triez-vous ou ne triez-vous pas vos déchets?

Stephan Delaux : Je suis avant tout chargé par Monsieur Juppé du Tourisme, de la promotion de la ville et des grands événements.

(Si tu le fâches dès la première question…)

A ce titre, le tourisme est devenu pour Bordeaux un élément important en terme de développement économique et de créations d’emplois. Aujourd’hui le chiffrage du tourisme à Bordeaux est de l’ordre d’un milliard de ressources nettes sur les dépenses directes des touristes et cela représente autour de 30 000 emplois. Nous développons le tourisme pour développer la ville et créer de l’emploi.

Comme vous le savez le maire de Bordeaux, Alain Juppé, est très engagé sur le sujet du traitement des déchets depuis très longtemps. Nous essayons à chaque fois que cela est possible d’améliorer les comportements, les pratiques et nos responsabilités.

Les objectifs ne sont atteints que si chacun rame dans le même sens.

Comment réagissez-vous donc face à cette situation observée avec les bateaux de CroisiEurope ?

S. D. : Face à CroisiEurope, tout d’abord je réagis très bien car c’est la compagnie qui a initié la croisière fluviale à Bordeaux et qu’à ce titre-là elle a ouvert une voie de développement économique très intéressante qui irrigue tout le territoire notamment nos vignobles...

(Je crois que le message de la mairie à CroisiEurope est bien passé : Vous êtes toujours les bienvenus à Bordeaux!)

Suite à une délibération du conseil municipal, les compagnies sont responsables de leurs déchets et procèdent à leur évacuation à leurs frais. La ville ne s’occupe pas de leurs déchets.

Quels sont cependant les engagements demandés par la ville ?

S. D. : Nous leur demandons d’évacuer leurs déchets avec des contraintes de deux ordres liées aux spécificités de Bordeaux, ville classée par l’Unesco.

Aux trois pontons des bateaux de croisière il n’est pas question d’installer de vastes conteneurs le long des quais pour que chaque bateau y dépose ses bouteilles, ses cartons et ses déchets organiques.

Nous limitons aussi au maximum les mouvements des camions sur les quais en ne les autorisant qu’entre 6h et 8h du matin.

Sita [Suez Environnement] est l’opérateur d’enlèvement pour CroisiEurope. Elle lui fait payer un surcoût pour non tri des déchets à la sortie du bateau.

Par contre j’ai posé à la compagnie la question suivante : Est-ce que Sita qui récupère les déchets non triés et qui facture un surcout à cause de ce non tri, procède ensuite à un tri des déchets ? Et je n’ai pas la réponse.

J’ai cependant appris depuis que sur les bateaux, il y a un système de tri.

(Peut-être, un jour, que CroisiEurope voudra bien répondre à Et si on s'engageait et nous apporter ces réponses que même la mairie n'a semble-t-il pas pu obtenir...)

Il y a donc une incitation au tri sur les bateaux, avant que les déchets ne soient à nouveau rassemblés ensemble dans un camion sans que l’on sache si les déchets seront au final triés…

S. D. : Oui. Bordeaux fait partie d'un circuit de 5 escales avec Pauillac, Blaye, Libourne et Cubzac-les-ponts. Les possibilités d’évacuation des déchets diffèrent et sont plus ou moins faciles à mettre en place selon les lieux. A Libourne il y a des possibilités de tri des déchets sur place impossibles à mettre en place sur les quais à Bordeaux. 

Que faire alors pour un meilleur tri des déchets ?

S. D. : Je reste très attaché à une idée, l’évacuation des déchets par le fleuve.

Si nous voulons développer la croisière et l’activité fluviale et nous préoccuper des problématiques environnementales la bonne solution serait une évacuation des déchets par barges depuis l’eau par l’Astria. [Centre de traitement des déchets Suez Environnement / Sita à Bègles]. 
Cette société me dit que c’est compliqué car il faut ensuite remonter les déchets depuis la barge vers l’usine. Ce n’est cependant pas la première fois que des usines travaillent à proximité du fleuve.
Je sais que les compagnies sont prêtes à payer un surcout sur l’évacuation des déchets si on leur dit qu’il y a une solution fluviale.

Nous avons eu cette discussion avec le maire ce lundi [28 septembre] matin lors de la réunion de la majorité. Plusieurs options sont possibles mais le maire a demandé à ce que nous allions au bout de cette idée. Nous lançons nos services et nos opérateurs. Je suis persuadé que sur le plan environnemental, écologique et de l’occupation de la ville c’est la meilleure solution. 

Evacuation des déchets par barge :

Le maire a demandé à ce que nous allions au bout de cette idée. Nous lançons nos services et nos opérateurs. Je suis persuadé que sur le plan environnemental, écologique et de l’occupation de la ville c’est la meilleure solution.

 

Une alimentation en gaz naturel liquéfié (GNL) par barges pour les paquebots amarrés au Port de la lune à Bordeaux? 

Passons à un autre sujet relancé pendant l’été par Rue 89 Bordeaux sur les pollutions liées aux carburants utilisés par les paquebots à quai.

S. D. : A ce sujet on nous parle souvent de Marseille comme d’une référence. Cependant à Marseille vous avez dans l’année 500 paquebots de croisière et uniquement de gros porteurs - jusqu’à 6000 passagers - alors qu’à Bordeaux les paquebots ne dépassent jamais 1000 passagers et qu’il y en a moins de 30 par an. A cela il faut ajouter à Marseille des Ferrys et l’activité commerciale autour.
Nous attendons pour la fin de l’année les résultats de l’étude de l’Airaq [L'Association Agréée pour la Surveillance de la Qualité de l'Air en Aquitaine] et son bilan d’observation de l’ensemble de la Métropole. Cela va être intéressant car jusqu’à présent avec les bateaux de croisière, l’Airaq n’a rien perçu.

Notre réflexion doit avant tout porter sur des solutions alternatives. Il y en a deux car je pense qu’avec les éoliennes on ne va pas y arriver !

(Monsieur l'Adjoint est joueur, cela tombe bien, moi aussi!)

Au fait, n’était-il pas question de tester des hydroliennes dans la Garonne à Bordeaux ?

S. D. : L’expérimentation est en cours.

Les deux possibilités sont l’électricité [Le choix de Marseille] et le gaz naturel liquéfié.
Pour l’électricité, on va lancer l’étude mais pour 30 bateaux je doute qu’au plan économique cela fonctionne. Il ne faut aussi pas oublier que des transformateurs seront nécessaires à chaque point de stationnement.

Je suis plus intéressé par ce que je ne connaissais pas et que j’ai découvert, et je vous remercie pour vos interpellations, cela nous aide à progresser... Je ne savais pas qu’à Dunkerque et à Rotterdam, les alimentations se font par barge en gaz naturel liquéfié et je trouve cela aussi relativement intéressant.

Nous allons lancer rapidement une étude sur le sujet d'autant plus que le Port de Bordeaux nous a confirmé que le gaz naturel liquéfié devrait aussi devenir le carburant des bateaux de croisière d'ici 2020/2025.

Ce mode d'alimentation en gaz naturel par barge des paquebots, ajustable aux besoins, pourrait alors s'intégrer dans un projet global qui est de faire vivre le fleuve et de lui redonner des activités.

Le nombre de paquebots de croisière accueillis à Bordeaux pourrait encore augmenter ?

S. D. : Nous ne recevrons jamais une flotte comme celle de Marseille. Nous en avons eu 28 cette année, nous en aurons moins d’une quarantaine l’année prochaine. Cela pourra progresser encore un peu mais on n’atteindra jamais les chiffres de Marseille. 

Alimentation à quai des paquebots :

Ce mode d'alimentation en gaz naturel par barge des paquebots, ajustable aux besoins, pourrait alors s'intégrer dans un projet global qui est de faire vivre le fleuve et de lui redonner des activités.

 

Barrières et bris de verre sur les quais  : Deux dernières questions pas si bordo-bordelaises quand elles concernent aussi les touristes...

Va-t-on enfin voir disparaitre les barrières Vauban des quais de Bordeaux qui gâchent l'aspect visuel des quais réhabilités?

S. D. : Si vous pouvez nous aider…

Où avez-vous un fleuve aussi barriéré qu'à Bordeaux ?

Nous sommes effectivement le seul port barriéré et même double barriéré même entre les grands événements suite à quelques noyades. Nous pouvons probablement en enlever 50 à 60 mais nous sommes dépendants de la préfecture de police.

Question enfin à un élu de la « Ville la plus cool de France » : Que faire pour que certaines portions de ces quais ne ressemblent pas au petit matin à des nappes de verre en provenance de bouteilles de vin brisées volontairement pendant la nuit ?

S. D. : C’est un fléau et un drame de notre société et des drames familiaux. Quand on voit ces jeunes hommes ou jeunes filles de parfois 15 ans se mettre dans cet état-là, si vous avez une bonne solution, moi je suis intéressé...

Mais à partir de ce constat, quelles conséquences en tire l’élu que vous êtes ?

S. D. : Je suis élu et je voudrais bien avoir le pouvoir de faire comprendre à certains jeunes que leurs comportements sont dévastateurs pour eux et leur environnement. Ce message est assez difficile à faire passer au quotidien. Hors des grands événements où nous nettoyons immédiatement après certains dérapages il est difficile de le faire au quotidien.

AuteurEmmanuel Matt

Interview réalisée à l'hôtel de ville le jeudi 1er octobre complétée le 2 octobre par de nouvelles informations apportées par Monsieur Stephan Delaux par téléphone.

Pour en savoir plus :
- Les pontons et lieux d'escales à Bordeaux.
20 Minutes : Bordeaux: Une étude sur la pollution de l'air par les paquebots à quai est lancée 
Avitaillement en GNL à Dunkerque
L'Europe veut développer le GNL pour la navigation intérieure

Pour réagir et déposer vos commentaires, c'est un peu plus bas, après ces autres propositions d'articles... ↥

Derniers articles parus dans Questions à

Questions à

Publié le 20 sept. 2015

Engagements des croisiéristes : Questions à Alain Juppé Maire de Bordeaux

Le tri des déchets est-il une priorité dans les bateaux de croisière amarrés à Bordeaux? Nous le demandons aussi à Alain Juppé, maire de la Ville.

Lire

0

Questions à

Publié le 31 août 2015

(Non) Tri des déchets sur les bateaux de croisière? Question à CroisiEurope, leader européen

Tri des déchets sur les bateaux de croisière? Un contrexemple concret avec la compagnie CroisiEurope, « leader européen de la croisière fluviale » et son bateau M/S Cyrano

Lire

4

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour poster un commentaire.